Réflexologie plantaire occidentale pour tous

Saint Julien de Lampon – 24370

Les troubles de la ménopause et la réflexologie

La ménopause est une période dans la vie d’une femme marquée par l’arrêt de la fertilité et de la fécondité. En raison d’une diminution des sécrétions hormonales féminines, jusqu’à l’absence de production, les menstruations deviennent irrégulières entre 45 et 50 ans pour cesser définitivement entre 50 et 55 ans.

Cette période est redoutée et mal vécue par bon nombre de femmes qui voient en elle les prémices d’importants bouleversements hormonaux qui vont avoir des répercussions tant sur le plan physique (la morphologie du corps évoluant et se transformant avec l’âge) que physiologique et psychique.

En effet, les œstrogènes, hormones sexuelles produites principalement par les ovaires chez une jeune femme à l’âge de la puberté, remplissent tout au long de sa vie plusieurs fonctions importantes telles que :

  • favoriser le développement et le maintien des structures de l’appareil génital (ovaires, trompes utérines, utérus, vagin, vulve) et des glandes mammaires,
  • entraîner la croissance des seins, l’arrivée des règles, la pilosité pubienne et l’ovulation,
  • développer le désir sexuel,
  • abaisser le taux de cholestérol sanguin,
  • stimuler la synthèse des protéines, en synergie avec l’hormone de croissance, l’insuline et les hormones thyroïdiennes,
  • favoriser la régénérescence des os et l’hydratation de la peau.

Elles forment par ailleurs une barrière protectrice contre l’ostéoporose et les maladies cardiovasculaires.

Or, à la ménopause, le taux d’œstrogènes diminue. Nous l’avons déjà constaté dans un dossier que j’ai consacré au sommeil, un taux réduit d’œstrogènes à la ménopause provoque des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes qui perturbent le cycle normal du sommeil chez les femmes.

Autres conséquences de la baisse du taux d’œstrogènes : chez un grand nombre de femmes se développent l’ostéoporose (maladie qui se caractérise par une diminution de la densité minérale des os et par des modifications de leur micro-architecture) et la coronaropathie (maladie cardiaque causée par une accumulation de dépôts graisseux et cireux sur la paroi des artères, constitués de cholestérol, de calcium et d’autres substances véhiculées par le sang).

Il en est de même pour la progestérone, autre hormone sexuelle sécrétée principalement par les ovaires et le placenta et en quantités moindres par les glandes surrénales. Sa fonction principale avant la ménopause consiste à préparer et entretenir l’utérus pour la grossesse et favoriser le développement de l’embryon. Hors période de grossesse, la progestérone a un effet sédatif sur le système nerveux central, apporte le calme, la sérénité et la paix intérieure, favorise un sommeil réparateur, dégonfle les seins et le bas-ventre et régule l’action des œstrogènes.

Un taux de progestérone qui diminue dans l’organisme va avoir également des incidences sur la qualité du sommeil de la femme en engendrant des difficultés d’endormissement.

L’équilibre hormonal est donc capital tout au long de la vie d’une femme. Plus elle avance en âge, plus cet équilibre devient instable, voire déréglé.

À la ménopause, par suite des fluctuations du système hormonal, de nombreuses femmes souffrent non seulement de bouffées de chaleur et de sudations abondantes, mais aussi de maux de tête, de perte de cheveux, de douleurs musculaires et articulaires, d’un assèchement de la muqueuse vaginale et de la peau, d’insomnies, de dépression, d’irritabilité, d’une prise de poids, de perte de la libido.

Une autre conséquence après la ménopause est que les ovaires, les trompes utérines, l’utérus, le vagin, la vulve et les seins tendent à s’atrophier.

Il est à noter toutefois que certaines femmes ne souffrent d’aucune de ces manifestations.

En réflexologie plantaire les organes à stimuler sont le diaphragme, le cœur, les trompes de Fallope, les surrénales, l’hypophyse, les ovaires et l’utérus.

Par ailleurs, voici quelques conseils pour atténuer les troubles liés à la ménopause, et conserver son épanouissement et sa joie de vivre : une alimentation variée et riche en œstrogènes et progestérone naturels pourrait éviter les effets secondaires liés à la prise de certains traitements hormonaux, réduire les risques d’apparition du diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires et de certains cancers tout en facilitant un état de calme intérieur et de sérénité.

Les aliments qui contiennent des œstrogènes naturels sont extrêmement variés : lentilles, pois chiches, trèfle, carottes, ail, soja, tofu lactofermenté, graines de tournesol … La liste n’est pas exhaustive car elle comprend aussi d’autres légumes et diverses céréales.

Les aliments riches en progestérone sont les œufs (en grande quantité dans le jaune d’œuf), le lait et le fromage issus de la vache, la viande rouge (attention à l’acidification de l’organisme – voir mon article à ce sujet), certaines viandes blanches et les crustacés.

Il existe par ailleurs de très nombreux aliments qui peuvent contribuer à réguler l’équilibre hormonal en consommant notamment des produits riches en vitamines B6 et C comme les noix, la volaille, les fruits de mer, les bananes ou les pommes de terre qui peuvent favoriser l’augmentation du taux de progestérone, mais aussi le magnésium contenu dans le chocolat noir, les haricots noirs, les épinards, le plantain, le flétan, les graines de citrouille et de courge, le gombo ou encore les noix, et le zinc contenu dans le foie de veau, les viandes rouges maigres, les crustacés, le chocolat noir, les pois chiches, la citrouille, la pastèque.

Des compléments alimentaires et infusions ainsi qu’en cosmétique des déodorants à base de sauge peuvent par ailleurs aider pour une meilleure régulation de la transpiration et des bouffées de chaleur.

En gemmothérapie, le laboratoire HerbalGem propose Fem50 + Gem (un macérât d’extraits de bourgeons et de jeunes pousses composé de pommier et d’airelle, d’aubépine et de teinture mère de sauge vont agir en synergie sur la composante hormonale pour apaiser en cas de sommeil perturbé, tout en jouant un rôle régulateur en cas de sueurs nocturnes et enfin l’huile essentielle de carotte qui va également contribuer à un meilleur équilibre hormonal grâce à son action hépatique.

Enfin, l’activité physique joue un rôle important pour vivre la ménopause en bonne santé. La marche rapide pratiquée une heure trois fois par semaine prévient non seulement la décalcification osseuse mais en arrête aussi la progression.

Prendre contact

Marie Hoquet

Lieu-Dit La Tourette
Saint Julien de Lampon (24370)

Me suivre

M'envoyer un email

1 + 3 =

Pin It on Pinterest

Share This