Réflexologie plantaire occidentale pour tous

Saint Julien de Lampon – 24370

Soulager les acouphènes en réflexologie

Selon une étude publiée en 2018 par l’IFOP, plus d’un quart de la population française souffrirait d’acouphènes. Plus inquiétant, 1 personne sur 2 avoue avoir déjà ressenti des bourdonnements ou des sifflements d’oreilles au moins une fois dans sa vie, et d’autres de façon permanente.

Certains d’entre vous vont probablement se reconnaître dans cet article pour avoir vécu ou pour vivre encore avec des acouphènes, ces sensations auditives éprouvantes et épuisantes car il n’y a pas de répit, de nuit comme de jour. Pour les personnes chanceuses qui n’en souffrent pas et ne connaissent pas les affres de ce dysfonctionnement et leurs conséquences sur leur vie au quotidien et sur leur vie sociale, elles savent juste que ce sont des sifflements ou des bourdonnements que l’on entend sans cesse et qui ne sont pas provoqués par un son.

Afin de permettre à ces dernières une meilleure compréhension de ce trouble qui, s’il est permanent, devient pathologique et isole progressivement une personne qui en est atteinte, il convient de rappeler sommairement comment fonctionne le mécanisme de l’audition.

L’ouïe est peut-être l’un de nos sens les plus sensibles et les plus précis à la fois par sa sophistication et par la fragilité et la taille minuscule des organes qui la composent. Elle permet d’acheminer des ondes sonores qui vont être perçues par le cerveau.

Et pour commencer, il y a un son. Un son est une vibration, une onde qui se propage dans l’air, qui va pénétrer le canal auditif et qui va faire vibrer le tympan, une membrane qui ressemble un peu à celle d’un tambour.

Lorsque le tympan vibre, cela fait vibrer en même temps 3 osselets qui sont le marteau, l’enclume et l’étrier. La vibration de ces osselets va ensuite faire vibrer le fluide qui se trouve dans la cochlée.

La cochlée est un petit organe creux en forme d’escargot qui contient un liquide. Dans ce liquide, il y a des cils qui sont connectés au nerf auditif qui va acheminer le signal jusqu’au cerveau.

Ainsi fonctionne normalement l’appareil auditif. Les acouphènes apparaissent lorsque cet appareil auditif commence à dysfonctionner.

Un acouphène est une sensation auditive dont l’origine n’est pas extérieure à l’organisme et qui demeure inaudible pour l’entourage de la personne qui en est sujette. Le son perçu peut ressembler à un bourdonnement, un sifflement ou même un tintement ressenti dans le crâne ou dans l’oreille, d’un seul ou des deux côtés.

Les acouphènes sont souvent liés à une pathologie mais pas systématiquement, d’origine indéterminée et d’intensité variable selon l’état de santé ou de fatigue de la personne qui en souffre.

Les acouphènes sont différents d’une personne à l’autre ; ils varient non seulement en intensité mais aussi en tonalité (grave ou aigu), et en quantités (il peut y en avoir plusieurs : graves, aigus, bourdonnements, tintements, chuintements, sifflements, pulsations …). Ils peuvent être permanents, intermittents, variables ou temporaires.
L’acouphène peut être unilatéral (ne concerne qu’une seule oreille) ou bilatéral. Le son peut sembler venir de l’intérieur ou de l’extérieur de l’organisme. Il n’a aucune signification et est réellement entendu par la personne qui en est sujette. Il n’est perceptible que par elle.

Les cas graves sont assimilables à de véritables douleurs chroniques qui peuvent devenir handicapantes lorsqu’une personne en souffre au quotidien.

Pourquoi les acouphènes apparaissent-ils ?

Quelques pistes ont été étudiées :

  • Dans le cas où l’oreille interne fonctionne mal ; certains acouphènes sont dus à un problème de la cochlée : soit les cils ont été endommagés, soit il y a un problème de connexion entre les cils et les nerfs auditifs. C’est le cas où une personne est exposée à un traumatisme sonore (détonation, explosion, bruits du travail industriel, concerts, discothèques, feux d’artifice etc). Ces traumatismes sonores représentent 65 % des cas en France.
    Cela s’explique du fait que le bruit a été tellement fort et la vibration tellement puissante que les cellules sensorielles sur lesquelles les cils sont localisés sont détruits et le nerf auditif est constamment activé. Il y a un signal qui passe constamment et qui donne l’impression qu’il y a un son qui ne s’arrête jamais.
  • Dans d’autres cas, c’est l’oreille interne qui capte des bruits qu’elle ne devrait pas capter (les battements du cœur par exemple).
  • D’autres acouphènes pourraient être à l’origine d’un problème de microcirculation : l’oreille interne n’est plus bien nourrie par le sang et n’est plus bien drainée par le système lymphatique. En effet, la microcirculation sanguine apporte les nutriments aux cellules, la microcirculation lymphatique quant à elle transporte et évacue les déchets. Si les cellules de l’oreille ne sont plus bien alimentées, elles ne peuvent pas bien se réparer et se régénérer.
  • D’autres causes ou facteurs favorisant l’apparition des acouphènes sont possibles :
    • ototoxiques : la prise de certains médicaments peut entraîner des lésions au niveau de l’oreille interne (antibiotiques, aspirine, diurétiques, bêta-bloquants, anti-inflammatoires, traitements de chimiothérapie ou de radiothérapie),

    • barotraumatisme de l’oreille interne (accident de plongée sous-marine),

    • surdité brusque,

    • perte auditive,

    • traumatisme crânien suite à une fracture,

    • infection chronique,

    • otospongiose (trouble du métabolisme osseux au niveau de l’os de l’oreille interne)

    • maladie de Menière (maladie du labyrinthe membraneux de l’oreille interne associant vertiges, acouphènes et surdité)

    • troubles vasculaires (hypertension artérielle, stress, flux sanguin)

    • bouchons de cérumen,

    • anémie sévère et insuffisance rénale chronique,

    • borréliose (maladie infectieuse causée par une bactérie véhiculée et transmise à l’homme par des tiques ou des poux comme la maladie de Lyme),

    • spasmophilie,

    • carence en vitamine B12

    • problème d’orthoptie.

Par ailleurs, certains acouphènes peuvent être dus à un dysfonctionnement de l’occlusion dentaire : les dents de la mâchoire supérieure ne « s’emboîtant » pas correctement dans les dents de la mâchoire inférieure, cela se répercute sur l’articulation temporo-mandibulaire.

La réflexologie plantaire peut soulager les personnes souffrant d’acouphène en leur apportant un réel apaisement, en apportant une action conséquente sur le symptôme auditif.

Dans la majeure partie des cas, cette technique permet un soulagement de la sensation sonore et peut également provoquer sa disparition en effectuant diverses pressions sur plusieurs zones localisées sur la voute plantaire.

Tout d’abord, l’acouphène correspondant à des bruits entendus dans l’oreille, le praticien exerce des pressions sur la zone correspondante située à la base des deux plus petits orteils sur les 2 pieds.

Dans la mesure où les acouphènes peuvent avoir différentes causes mais également des conséquences diverses, d’autres parties du corps peuvent être traitées (cou, cervicales).

De même, pour soulager le stress lié aux acouphènes, des pressions peuvent être exercées au niveau du plexus solaire situé au centre des deux pieds, ou des zones cérébrales comme l’hypophyse.

Différentes zones réflexes de la voute plantaire pourront être aussi stimulées selon l’origine de l’acouphène ou de ses possibles répercussions.

Prendre contact

Marie Hoquet

Lieu-Dit La Tourette
Saint Julien de Lampon (24370)

M'envoyer un email

Pin It on Pinterest

Share This